Categories
De résistances

Brèves de résistances

11 avril:

Belgique:  émeutes à Anderlecht suite à la mort d’un homme de 19 ans, tué lors d’une poursuite de flics. Le soir même et le lendemain de sa mort, des appels sur les réseaux sociaux tournent pour se rassembler. Une voiture de police est incendiée, les vitres du commissariat cassées et une arme de la police subtilisée. 43 interpellations.

8 avril:

Dans le Gard, un petit vieux s’est échappé de son Ehpad pour pédaler sous le soleil (sur l’autoroute). Les flics l’ont arrêté dans sa course.

7 avril :

Grèce : des centaines de soignants manifestent devant les hôpitaux. Devant le grand hôpital d’Evangelismos en plein centre d’Athènes, les manifestants visages couverts de masques, brandissaient des pancartes réclamant « des embauches », « des tests » de dépistage et du « matériel hospitalier ». Des policiers ont tenté d’entrer dans la cour de l’hôpital Evangelismos, où le rassemblement avait lieu, avant d’être repoussés par des manifestants et contraints de quitter les lieux.

6 avril :

A Clusaz en Haute savoie, des saisonniers assignés à résidence remettent en marche le téléski pour se faire une descente au calme. L’amende de 135 euros tombe et on les décrit « plein de culot et irresponsables. »

5 avril :

Le parlement de Lisbonne est attaqué au cocktail molotov.

2 et 4 avril:

Iran, la protestation ne connaît pas le confinement: un centre de la milice Bassidj est incendié à Chivaz, à Kerman c’est un centre de propagande islamiste et des protraits de Khamenei qui sont brûlés. Les murs sont repeints « virus du guide suprême, tu assassines le peuple », « que les mollahs dégagent ».

1er avril:

France: à Amiens, voitures et fourgons de l’administration pénitenciaires sont incendiés en plein couvre-feu.

23 mars:

Angleterre: révoltes à Bristol le soir de l’annonce de l’état d’urgence sanitaire, attaques de flics, pillages de supermarchés et voitures incendiées.

17 mars :

France : Un barbecue géant à Rouen prend en embuscade les forces de police. La dépêche titre sur des tirs de lacrymogènes et de mortiers cette même nuit à Bagatelle et Mermoz (périphérie de Toulouse).

Des réseaux de solidarité se mettent en route.