Categories
Infos État d'urgence

Texte quelques jours après le 17 mars..

13.000 morts dans le monde à ce jour. La mort est toujours impossible à imaginer, un mort suffit pour pleurer pour peu qu’on l’ait connu. Mais si nous parlons de chiffres, c’est trop et pourtant bien moindre que d’autres. Que la grippe, que les noyés de la Méditerranée, que de tant de misère. Pourtant le confinement est bien là. Les rues si elles ne sont pas désertes semblent bien calmes. Le discours du gouvernement se durci de jour en jours. Le projet de loi en cours propose de sévère amendes voire de la prison ferme en cas de non respect des règles de confinement. Actuellement la violation du confinement, c’est à dire sortir sans « raison valable » de chez soi est sanctionnée de 135 euros d’amende. Elle pourrait passer à 1500 euros pour une première récidive dans les 15 jours et jusqu’à 3700 euro accompagné de six mois de prisons ferme maximum en cas de quatre violations dans les trente jours.

Le message est clair. « Rester chez vous ». Apprendre à rester enfermé et à ne sortir que pour consommer ou aller travailler. Pour le reste, l’écran pourra servir à occuper le temps « libre », enfermé à la maison. Les beaux jours arrivent, les parcs ferment, dans plusieurs villes les accès aux bords des cours d’eau est interdit. Sortir et garder ses distances de sécurité avec les autres gens, apprendre à se méfier de tout le monde. Acheter sa nourriture sur internet et regarder des séries apocalyptiques sur Netflix. Voilà ici un merveilleux projet.

Il est clair que quelque soit la justification apporté à ce confinement, les gouvernements en profitent pour faire passer toujours plus de lois sécuritaires, accompagnées bien sur de tous les dispositifs qui vont avec (couvre feu, surveillance par drone, suivi des déplacements par smartphone etc …). Un modèle de société sous contrôle qui se développe très rapidement en cette période. A croire que la Chine, tant critiquée, devient un modèle de gestion des populations. Si l’on rajoute à cela la propagation de la panique notamment faites par les médias et le conseil des scientifiques, nommés par Macron lui même, le cocktail pour le contrôle de quasiment tous les plans de la vie des gens est parfait. De la surveillance, de la panique et de la docilité. Comment est il possible que de telles mesures passent sans plus de résistance. Pourquoi faire confiance, et s’autoconfiner, quand ces mesures sont décidées arbitrairement par les mêmes gouvernants que ceux qui détruisent, depuis des années tous ce vient entraver le bon fonctionnement d’un libéralisme effréné. Depuis quand la parole de l’État fait elle foi ?

Voici quelques exemples de ce qui se mets déjà en place, pour toujours plus de contrôles :

– A Nice et dans tout le département des Alpes Maritimes à partir de dimanche 23 mars un couvre feu est mis en place de 22h à 5h du matin. En plus cela des drones circulent pour veiller au bon respect de ces mesures.

– A Montpellier le couvre feu est instauré depuis le samedi 21 mars de 22h à 5h

-A Béziers la même mesure s’applique

– A Perpignan le couvre feu est lui mis en place de 22h à 6h, au moins jusqu’au 1er avril.

– A Alès, Bagnols-sur-Cèze et Nîmes jusqu’au 31 mars le couvre feu est mis en place.

– A Hénin-Beaumont le couvre feu est mis en place dès ce dimanche de 22h à 5h.

– A Paris le malheureusement déjà bien connu préfet de police Didier Lallement, vient de voir les premiers essais de surveillance par drone afin de pouvoir mieux contrôler les gens qui ne respectent pas les restrictions. La police parisienne possède une vingtaine de drones pouvant survoler la ville à une hauteur de 150m.